Il y avait avant le coup d’envoi un mince espoir de qualification. Mince car il y avait une double condition : un faux pas de St Sulpice à domicile, et un bonus offensif impératif pour Rodez  . Le début de match ruthénois, et une bonne partie de la première mi-temps nous ont laissé croire que Rodez pourrait remplir sa part du contrat, mais c’était sans compter sans le retour des « démons » qui ont contrarié la saison, et qui ont offert à Aubenas un match nul totalement inespéré.

Tout avait pourtant si bien commencé…

Dès le coup d’envoi, le public avait pu voir que la pluie fine qui tombait n’allait pas empêcher Rodez de tout tenter pour mettre du volume de jeu, bousculer Aubenas,  et prendre des initiatives pour aller chercher ce bonus impératif. Des intentions vite récompensées, car il n’aura pas fallu attendre plus de 5 mn pour voir Williams aplatir en coin, après  une belle combinaison des ¾ et une longue course de le long de la ligne. On avait pu apercevoir aussi la détermination ruthénoise en conquête, où la mêlée Sang et Or commençait à bousculer sa rivale (comme elle le fera tout le match). Rodez mettait une grosse intensité dans ce début de match, avec des avants dominateurs, une défense, et des ¾ bien en jambe. C’est d’ailleurs le huit ruthénoise qui va un peu plus enfoncer le clou après avoir imposé plusieurs  « marche arrière » à  la mêlée d’Aubenas près de sa ligne, jusqu’à obtenir l’essai de pénalité. 15/6 et 2 essais à 0 pour Rodez à la ½ heure, les choses étaient bien engagées, d’autant qu’Aubenas, dominé en conquête, montrait bien peu de choses. Et puis il y a eu cette relance inutile à 15m de notre ligne, cette passe sautée mal assurée face à une défense toujours à la limite (voire plus…) du hors-jeu, et un ballon tombé qui va profiter à Aubenas pour un essai dit « casquette ». 15/11 à la mi-temps, ce n’était pas cher payé pour Aubenas, face à  Rodez dominateur, mais qui avait montré une fois encore son manque de maîtrise dans la gestion du jeu, payé cash.

L’entame du second acte sera assez proche de l’entame initiale, avec Rodez  qui domine la conquête, toujours avec les mêmes intentions de jeu. Une bonne volonté récompensée encore par Williams qui ira pointer en coin après une longue séquence près de la ligne d’Aubenas. 20/11 puis 23/11, 3 essais à 1, tout allait bien, même si tout n’était pas parfait avec quelques approximations, encore et toujours.

Mais la fin de match va ressembler à ce que l’on a trop vu depuis le début de saison. Des joueurs qui perdent le fil du match, se précipitent, et accumulent les mauvais choix. Alors que la conquête continuait de bien faire son travail, c’est derrière que les choses se sont déréglées, et Rodez va offrir 2 nouveaux essais. Le premier sur un ballon mal contrôlé devant notre ligne après un coup de pied à suivre d’Aubenas, le second sur une interception, après une relance et une passe hasardeuse. Privé de munitions, et sans jamais avoir eu une véritable occasion d’essai de tout le match, Aubenas bénéficiait des errements ruthénois pour glaner 3 essais et un match nul inespéré !…

Pas de regrets pour la qualification, car St Sulpice avait fait ce qu’il fallait de son côté, mais une nouvelle contrariété et un final tristounet. Dommage aussi, car c’était la dernière pour Ralph Terriitaohia, ovationné à la fin du match, et pour Dimitiri Théron malheureusement blessé. Deux fidèles et solides serviteurs du SRA,  tournent la page et tiraient leur révérence en ce dimanche, que leur parcours exemplaire inspire ceux qui vont continuer sous le maillot Sang et Or

 A Rodez : Rodez 23 – Aubenas 23 (mi-temps 15/11)

Rodez : 3 essais de Williams (5ème et 52éme) et de  pénalité (14ème), 1 transformation, 2 pénalités Baldy-Martin et Boscus  65ème)

Aubenas : 3 essais (34ème, 69ème et 74ème), 1 transformation, 2  pénalités (8ème et 22ème)

 Rodez : 15. Delouis, 14. Williams, 13. Mazet (Vabret), 12. Bester, 11. Alonso, 10 Baldy-Martin (Boscus 45ème), 9. Ravanello (Vercruysse 45ème), 8. Wunibaka (Jarreau 56ème) , 7. Roca©, 6. Tachat, 5. Tonga (Terriitahoia 53ème), 4. Fromenteze, 3. Aboitiz (Dahir 53ème) , 2. André, 1. Pupier (Ramonjiarivony 53ème).

Carton jaune : Bester (36ème) Fromenteze (55ème), Tachat

Philippe Bertolotti

Photo D. Cristol