« Nous allons à Rodez pour gagner, nous nous sommes entraînés pour cela », dixit l’entraîneur de Castanet dans la semaine. Vexé de la défaite au match aller, c’est un Castanet motivé et revanchard que Rodez a battu hier. Et les frayeurs de fin de match ne feront pas oublier les 50mn quasi parfaites qui avaient permis  aux ruthénois de prendre leurs distances. Heureusement, car le banc de Castanet et la fébrilité auraient pu jouer un mauvais tour aux « Sang et Or ».

50 minutes épatantes

Ce que les joueurs ont montré hier pendant 50 mn, confirme les qualités rugbystiques de ce groupe, lorsqu’il aborde un match avec confiance et combativité. Hormis quelques bémols en touche, ce Rodez-là  a su mettre Castanet sous l’éteignoir,  spectateur du rugby complet affiché par des « sang et or » forts en mêlée, présents sur les points de rencontre, variant bien le jeu au près, au large, conservant le ballon. De quoi déstabiliser la défense haut-garonnaise et franchir la ligne 3 fois au bout de 3 belles séquences. En puissance d’abord avec Wunibaka servi après un regroupement à 10 m de la ligne, par Ravanello s’infiltrant après un long déboulé d’André jouant aux autos tamponneuses avec les castanéens et plusieurs temps de jeu près de la ligne, enfin par Williams servi près de la ligne encore après une longue séquence ruthénoise. 3 essais et autant de transformations, permettaient de virer à la pause avec un avantage substantiel (21/5), et avec une grosse satisfaction sur la manière, car Rodez avait su à la fois se montrer très efficace sur ses possessions et ses temps forts, et ne rien concéder au tableau d’affichage après avoir scoré, comme on l’a vu trop souvent.

Le retour de Castanet

Quelle allait être la réaction de Castanet après le passage au vestiaire ?… telle était la question, car on connaît la valeur intrinsèque de cette équipe, tant dans le collectif que les individualités. Mais ce sont les ruthénois que l’on va retrouver comme on les avait quitter, et il ne faudra pas plus de 5 mn pour que Fromenteze aille pointer entre les poteaux après une remise intérieur de Baldy à 10m de la ligne. Et c’est au moment où l’on commençait à penser à un possible bonus offensif que la réalité sportive s’est rappelée aux joueurs et au public, avec la qualité du banc castanéen. Le jeu a changé, plus percutant, avec des temps de jeu dans l’axe qui vont faire mal, avec un ballon qui s’est fait plus rare côté ruthénois où la confiance a cédé peu à peu sa place à une certaine fébrilité. Castanet va redevenir Castanet et Rodez va devenir plus brouillon. 3 essais vont sanctionner ce changement de scénario et permettre à Castanet de revenir tout près au score, au point de croire à une possible victoire. Mais alors que Rodez vacillait, un carton rouge contre Castanet va perturber les intentions haut-garonnaise, avant que l’arbitre ne siffle la fin de la rencontre, soulageant un groupe ruthénois qui avait tout donné, même dans l’imperfection de la fin de match.

Cette rentrée réussie avec le retour du sportif a confirmé les qualités de ce groupe, mais aussi son  caractère et sa solidarité dans l’adversité. Qu’il trouve la constance, la continuité, et de belles choses lui sont accessibles pour cette nouvelle année.

Rodez – Castanet : 28 – 24 (mi-temps (21 – 5)

Rodez : 4  essais de Wunibaka (12ème), Ravanello (23ème), Williams (40ème +1), Fromenteze (44ème) –  4 transformations de Baldy-Martin

Rodez : 15. Delouis, 14. Williams, 13. Bester (61ème – Boscus), 12. Mazet, 11. Chamagne,  10. Baldy-Martin, 9. Ravanello (64ème – C. Vercruysse), 8. Wunibaka, 7. Roca (30ème – Barnerias), 6. Lallour (64ème – Jarreau), 5. Fromenteze, 4. Tiatia (79ème – Territahoia), 3. Aboitiz (76ème – Marmoiton), 2. André (61ème – Théron), 1. Marmoiton (61ème – Ramonjinarony)

Cartons jaunes : Marmoiton (15ème), Barnieras (49ème)

Ph. Bertolotti

Photo : D. Cristol